Il me semblait que notre fille avait besoin de plus d’encadrement que ce que je pouvais lui procurer… mais il nous fallait attendre une crise avant de pouvoir la faire hospitaliser. J’avais l’impression que l’on profitait de moi… »
Abigail, Ecosse, mère d’une fille psychotique

Des difficultés d’obtenir de l’information ou des réponses sur toutes nos questions, de la part des médecins ou infirmières, ou un diagnostic, ont fait que nous nous sommes sentis complètement oubliés et sans droit de savoir quoi que ce soit!

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code